Quels sont les deux ingrédients de la réussite ?

On a tendance à penser que le talent est le meilleur indicateur de sa réussite potentielle, scolaire comme professionnelle. Le monde serait composé de deux catégories de personnes, les « douées » ou « intellos », qui pigent tout, et les autres.  Si capacités innées sont utiles et appréciables, elles ne garantissent pourtant pas le succès. Je connais des jeunes  très doués qui plafonnent, voire se retrouvent en échec,  alors que d’autres parviennent à déployer leurs ailes.

 

Dans notre quête de la réussite, on voudrait trouver la formule magique.

Celle proposée par Thomas Edisson, l’inventeur aux mille brevets (dont l’ampoule électrique) invite à la réflexion. Il affirmait : Le génie =  1% d’inspiration + 99% de transpiration.

 

La réussite se situe donc du côté de la  « transpiration », notion souvent mal comprise. Il ne s’agit pas tant de fournir des efforts répétés et douloureux que d’adopter un état d’esprit ouvert et d’utiliser de bonnes méthodes.

 

Le premier ingrédient de la réussite, c’est l’état d’esprit. Il faut un  état d’esprit ouvert, curieux,  désireux d’apprendre, qui part d’un présupposé simple, celui de Socrate qui affirmait : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien ». Cette posture d’humilité est essentielle,  car elle permet d’enclencher le moteur, la motivation.  Mais elle ne suffit pas. Il faut qu’elle soit accompagnée d’une capacité de résistance à la frustration de ne pas y arriver du premier coup. Tout processus d’apprentissage passe par l’échec et la répétition. Désir et acceptation de la frustration sont les deux faces de l’état d’esprit ouvert.

 

Le deuxième ingrédient se situe du côté du savoir-faire. Pour réussir, il ne faut pas nécessairement travailler plus, mais travailler mieux , en utilisant de bonnes méthodes. Savoir comment mémoriser efficacement, comment se concentrer et lutter contre la procrastination,  comment organiser son planning pour mettre en place des réactivations espacées, comment s’approprier un cours, comment rédiger mieux, tout en gardant du temps pour la détente et les loisirs.  La bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard pour les acquérir. C’est ma conviction et le sens de mon engagement auprès des jeunes. Il est plaisant d’apprendre quand on sait comment faire.

 

Bien apprendre, ça s’apprend ! La réussite n’arrive pas par hasard, on la provoque par un bon état d’esprit et de bonnes méthodes. « Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme », concluait Winston Churchill.

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut